Les mille collines, l'Océan Indien et le Nil

WhatsApp Image 2022-05-07 at 17.43.25.jpeg

Bleu : chez l'habitant/paroisses    Rouge: "hôtels" locaux    Vert: camping ou bivouac

Nous réalisons un rêve qui trotte dans notre tête depuis plusieurs années: parir voyage plusieurs mois d'affilée. Les congés non-payés sont acceptés, il ne nous reste plus qu'à choisir la destination. Le Covid-19 rend les choses très incertaines: Vaccin obligatoires ou non ? Fermeture des frontières ? Quarantaines ? Nous sommes au début de l'été 2021 quand nous devons décider quels vaccins nous ferons pour partir... On se décide pour celui contre la fièvre jaune notamment, en se promettant alors de partir en Afrique quoi qu'il arrive. 

En attendant de connaître les mesures pour partir sur ce continent, nous avons fait passer le temps en aménageant un van. Rien que ça. Du coup, on a quand même bien envie de l'utiliser un peu. On se décide alors pour partir d'abord tranquillement en Europe avec notre bus, puisque le mode de transport nous permet d'être plus flexibles faces aux éventuelles mesures qui nous rattraperaient en route et de voir venir ensuite pour partir en Afrique. 

Nous passons donc 2 mois et demi de rêve à vadrouiller entre l'Italie, la Grèce, l'Albanie et le Monténégro au rythme de la nature et de nos envies. 

Vient ensuite le temps de découvrir le continent africain, ou du moins sa partie Est. Le billet d'avion est avancé pour espérer passer entre les gouttes d'Omicron, et nous atterrissons à Kigali au centre du Rwanda (aussi appelé pays des mille collines ou la Suisse de l'Afrique). On était déjà passés par ici 3 ans auparavant et c'est donc avec bonheur que nous retrouvons les odeurs et l'ambiance du coin. Les routes sont belles, les pistes plus difficiles, les enfants aussi nombreux que les collines. On nous parle anglais, français ou kinyarwanda. On répond comme on peut. On roule entre 1'500 et 2'000 m d'altitude et le climat est plutôt agréable, bien que le soleil nous brûle littéralement la peau (équateur + altitude = coup de soleil assuré!) 

Après 10 jours dans le pays, la vie et ses aléas nous forcent à prendre une pause dans notre périple. On choisit Zanzibar comme destination de vacances et on s'envole pour la Tanzanie. Après 1 mois de repos en compagnie de tout plein de touristes européens, il est temps pour nous de repartir sur les routes, et on est accompagné dans ce nouveau départ par un ami. Nous roulerons 2 semaines de Dar Es Salam à Arusha en évitant un maximum les grandes routes afin de découvrir les petits coins cachés. On zigzague alors entre jungle, montagnes, campagne et steppe arides. Une fois arrivés à Arusha, nous prenons 2 semaines pour visiter le coin: c'est safari et montée du Mt Meru au programme! 

Les yeux remplis de belles images, nous remettons nos fesses sur les selles, à deux cette fois, pour continuer à rouler en direction du Lac Victoria. Nous avançons bien, rencontrons des amis sur les pistes (presque) par hasard, admirons encore et encore les oiseaux colorés, mangeons des plats de riz-beans-épinards, remettons de la crème solaire, savourons des jus d'ananas tout frais, éteignons les télévisions assourdissantes restées allumées dans le hall jusqu'à minuit, chassons des souris et, finalement, passons la frontière avec l'Ouganda. 

Il ne nous reste malheureusement plus beaucoup de temps pour explorer ce beau pays dont le surnom en dit beaucoup: la perle de l'Afrique. On fait alors le choix de rouler directement jusqu'à Entebbe, où notre avion de retour décollera quelques petites semaines plus tard, pour louer une voiture et faire quelques visites dans les contrées alentour. La ligne directrice de ces derniers jours étant de prendre du bon temps. On rencontre alors les chimpanzés et les rhinocéros et on s'essaie au rafting sur le Nil ! Le vélo nous aura manqué durant ces derniers jours... mais ce n'est pas toutes les années que nous avions l'occasion de passer du temps en Ouganda, alors on reprendra le vélo avec encore plus d'enthousiasme une fois rentrés en Suisse ! 

Voyages exotiques

Pour partir voyage plus loin que l'Europe avec son vélo, cela peut impliquer de devoir prendre l'avion. Vous l'aurez bien compris, ce n'est vraiment pas ce que nous prônons et nous sommes convaincus que les voyages en avions devraient être réduit au maximum. Si toutefois, une destination exotique vous attire, nous sommes d'avis que cela vaut la peine d'y passer assez de temps (plus que vos 2 semaines de vacances habituelles) et c'est pour cela que nous nous sommes permis ce cadeau. Il est tout à fait possible de prendre son vélo dans l'avion. Il suffit de l'emballer dans un carton fait pour cela en partant de Suisse (à acheter à l'aéroport directement) et de payer une taxe en plus. Le retour en revanche, si vous ne décollez pas du même aéroport que votre arrivée, est plus folklorique. Il faudra anticiper l'emballage du vélo quelques jours en avance... En effet, c'est la méthode dérouille qu'il faudra adopter: rapiécer différents cartons, scotcher, acheter une couverture, trouver du film plastique, récupérer le carton d'un autre voyageur, etc. 

La communauté cyclotouriste

Avant et durant ce séjour, nous nous sommes beaucoup appuyés sur l'expérience et les conseils d'autres cyclotouristes. Nous avons eu deux sources principales précieuses: 

  • Festivelo : Un festival de voyage à vélo qui a lieu une fois par année en novembre. Le weekend est rempli de récits, d'ateliers, de livres, de belles rencontres... Si vous pensez partir bientôt, que vous chercher de l'inspiration ou que vous voulez juste sortir du quotidien, ce festival est l'endroit idéal ! 

  • Groupes Facebook et Whatsapp : Il existe différents groupes selon les régions que vous pensez arpenter. Des petites recherches sur Facebook vous permettrons d'en apprendre plus. Pour Whatsapp, c'est plus compliqué car il faut obtenir l'invitation par quelqu'un qui est sur le groupe. Mais si vous nous faites signe, on peut peut-être vous donner un coup de pouce !