De la Vallée de Joux à Zweisimmen en passant par Schaffhouse

Le Pont - Bex.png

Petit récit de nos vacances covidiennes, so 2020...! 

Nous avions deux semaines de vacances devant nous, la fin de l'été approche et les vacances scolaires sont terminées, le moment est idéal pour partir le long de la Loire direction Nantes. Nous pourrons ainsi arriver à vélo au bord de l'océan Atlantique! Mais un certain virus en a décidé autrement... 

Nous avions prévu de passer le premier weekend de nos vacances à la Vallée de Joux pour retrouver des ami·e·s et partir ensuite en direction de la France. C'est là que nos plans ont été chamboulés, puisque ce weekend-là justement, certaines zones de France sont devenues "rouges"...! Soit... On prend le risque, on ne le prend pas? Mais on est à vélo, impossible de nous contrôler, non? On ne verra personne sur notre chemin... Bref, finalement, on se sent plus serein·e·s en prenant la décision de rester en Suisse. C'est que ça doit être la bonne décision. 

On va alors rouler un peu à l'instinct, suivant nos envies et fuyant les endroits où le port du masque est obligatoire. On commence gentiment, en partant direction la Chaux-de-Fond. On connaît bien ces paysages verdoyants mais on les trouve toujours aussi beaux et apaisants. On continue en longeant l'Aar, puis le Rhin jusqu'au Lac de Constance. On s'orientera principalement grâce aux routes de Suissemobile. Et là, c'est parti pour enchaîner quelques jolis cols. On finira notre route à Zweisimmen quand nous nous réveillons avec la neige juste au-dessus de nous et que nous sommes censé·e·s passer encore deux cols dans la journée sous la neige... Notre équipement prévu pour rejoindre la mer nous a découragé·e·s de rejoindre notre maison dans ces conditions. 

Finalement, ces deux semaines bien pleines de jolis paysages, de bivouacs sauvages, de bons repas et de cols sinueux auront rempli leur objectif: nous déconnecter de la réalité quelques temps et nous reconnecter à un mode de vie simple avec une routine basée sur des besoins primaires. 

Les hébergements en Suisse

Nous avons utilisé quatre types d'hébergements différents durant ces vacances: 

  • Le bivouac : gratuit; facile d'accès dans les régions peu densément peuplées; donne un goût d'aventure; oblige à être strict sur les horaires (la tente ne doit être montée que durant la nuit) et sur la gestion des déchets; demande de la créativité pour se laver/s'installer et de savoir lire une carte pour trouver un endroit; plus d'informations ici

  • Les campings : on y trouve facilement de la place avec une petite tente, même à la dernière minute et si le camping est complet; proposent généralement une petite épicerie pour se ravitailler; offrent du confort avec les sanitaires mais aussi des désagréments au niveau du bruit ou de la lumière parfois; plus d'informations ici

  • Les fermes : les fermes proposent parfois des nuits sur la paille, des chambres ou des places de camping; ambiance familiale au rendez-vous; facilité d'accès aux commodités; souvent un déjeuner est proposé; possibilité d'acheter des produits en vente-directe; prix attractif avec une tente; plus d'informations ici

  • Les jardins : des habitant·e·s peuvent proposer d'accueillir une tente dans leur jardin; prix attractifs; parfois un déjeuner est proposé; offre la possibilité d'échanger et de partager des histoires avec une personne locale; une petite attention en échange est la bienvenue surtout si l'accueil est gratuit (faire à manger, amener un dessert, etc); plusieurs sites existent pour mettre en lien les habitant·e·s et les cyclistes: Warmshower qui est basé sur l'échange de bons procédés, Homecamper que nous avons découvert par hasard mais pour notre plus grande joie à La Vraconnaz chez Anne et qui est malheureusement encore peut utilisé en Suisse, et finalement le site Campspace qui est basé sur le même principe que le précédent mais est un peu plus utilisé. 

Pour un séjour d'une ou deux nuits de repos, anticipé, et pour changer des nuits sous tente, l'idéal est de réserver une chambre d'hôte ou Bed&Breakfast. C'est forcément plus onéreux que les autres hébergements, mais qu'est-ce que ça peut faire du bien de temps en temps de se poser au sec et à l'abri!